Alors que le referendum pour la modification controversée de la Constitution se tient samedi en Mauritanie, un groupe de sénateurs a décidé de mener un sit-in ouvert au sein de l’hémicycle en vue de protester contre ce projet appelé à supprimer définitivement leur institution.
Dans son dernier discours avant le referendum qui a provoqué une vive tension avec l’opposition, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a accusé jeudi les sénateurs frondeurs de « trahison » et de « prévarication ».
« Ces gens ont par leurs propres dires procédé à des partages d’argent pris sur des hommes d’affaires pour saper les institutions du pays ».
Au total, ils sont 33 sénateurs à tenir un sit-in de protestation depuis mercredi. Ils s’opposent à la suppression de leur institution dans le projet de réforme constitutionnelle qui est soumis à referendum samedi.
Les opposants à la consultation référendaire demandent également des excuses de la part du chef d’Etat mauritanien pour les avoir accusés de corruption.
La modification constitutionnelle voulue par Mohamed Ould Abdelaziz, si elle est adoptée, changera profondément le paysage politique mauritanien.
En effet, outre la suppression du Sénat, les modifications introduites par le président mauritanien prévoient aussi de supprimer la Haute Cour de Justice ainsi que l’institution religieuse suprême du pays. Le Drapeau et l’Hymne national seront également modifiés.

Partager

A Propos de l'Auteur

Leave A Reply