Alors que le Togo s’apprêtait à accueillir fin octobre un sommet Israël-Afrique, Lomé est revenu in-extremis sur sa décision en reportant sine-die cette rencontre inédite du fait du refus de plusieurs pays africains d’y participer.

Prévu initialement entre le 23 et le 27 octobre prochain, ce sommet Israël-Afrique a été finalement reporté pour une date indéterminée. Le ministère des Affaires Etrangères israélien a, pour sa part, indiqué que cette décision était due à la « situation interne » au Togo.

Tel-Aviv dit ne voir dans ce report aucun message destiné à nuire à ses intérêts politiques et diplomatiques en Afrique, alors que la décision a plutôt toutes les apparences d’une annulation pure et simple.

Plusieurs sources concordantes ont affirmé que c’est suite à une pression de certains pays africains que Lomé à décidé d’annuler ce sommet. Plusieurs pays d’Afrique Australe et du Maghreb ont en effet critiqué la décision togolaise d’accueillir ce sommet, menaçant tout simplement de boycotter la réunion.

Face à l’hostilité affichée par la plupart des gouvernements africains de s’asseoir à la même table qu’Israël, en tant qu’autorité d’occupation des territoires palestiniens, la partie togolaise à été obligée de renoncer à ce sommet.

Israël cherche depuis quelques années à réussir une percée diplomatique et économique en Afrique pour sortir de l’isolement international dans lequel il s’est enlisé à cause de la politique de colonisation du premier ministre Netanyahu. Toutefois, ces tentatives sont régulièrement remises en cause par certains pays du continent qui refusent l’intrusion d’Israël dans les affaires africaines.

 

Share.

About Author

Samuel Benshimon

Directeur GIC CONSEIL 2001 – Poste actuel (11 ans) Missions de conseil en sûreté, sécurisation des investissements en Afrique, vérifications, protection des assets Analyste Senior : Kroll Société à responsabilité limitée (SRL); 1001-5 000 employés; secteur Sécurité et enquêtes 2000 – 2001 (1 an) Lt Colonel : Israel Defense Forces Administration publique; 10 000 employés; secteur Armée 1979 – 1999 (20 ans)

Leave A Reply