Mali : la violence a coûté la vie à 440 civils et 150 soldats en 3 mois

0

La violence a coûté la vie à 440 civils et 150 soldats (nationaux et étrangers) au Mali au cours des trois premiers mois de l’année, une des périodes les plus meurtrières de ces dernières années.

Comme l’a expliqué devant l’Assemblée nationale le ministre de la Sécurité, le général Salif Traoré, les soldats morts appartiennent aux Forces armées maliennes (FAMA), à la mission de stabilisation des Nations Unies (Minusma) ou à la force française déployée au Sahel (Barkhane ).Le ministre n’a pas précisé le nombre élevé de morts, mais a appelé à « la coopération de la population avec les forces internationales » pour remédier à cette situation.

Bien que ce n’était pas plus explicite, le message était un appel à la coopération avec Barkhane (4 500 soldats déployés au Mali, au Niger et au Tchad), qui installe actuellement une nouvelle base dans la région du Gourma, au centre du Mali pour le renforcement de sa présence dans cette région particulièrement touchée.

La violence au Mali s’est déplacée au cours des deux dernières années des régions touareg du nord-est à la frontière centre-est avec le Burkina Faso et le Niger, en particulier la région de Mopti et la région contiguë du Gourma, au sud du fleuve Niger.

Dans ces régions, ce ne sont plus seulement les groupes d’inspiration djihadiste qui attaquent les armées, mais des affrontements ethniques se produisent souvent entre les Peuls (également appelés Fulanis), les Dogon et les Bambara, avec des massacres de dizaines de personnes.

La dernière et la plus grave, qui a convulsé le pays, a eu lieu le 23 mars à Ogossagou: une milice formée par des chasseurs « donzo », de l’ethnie Dogon, a froidement assassiné 160 habitants Peuls d’un village.

Les conflits traditionnels entre agriculteurs, bergers et chasseurs, qui n’ont jamais été pacifiques, mettent le soupçon qui pèse sur les « peuls » de connivence avec les groupes djihadistes, notamment depuis l’apparition du dirigeant djihadiste Peul Amadou Kouffa.

Le gouvernement a toléré plus ou moins ouvertement l’existence de milices armées qui attaquent les « peuls », comme le dénoncent des organisations comme Amnesty International ou Human Rights Watch, mais le massacre d’Ogossagou a accru le nombre de voix qui exigent la fin des attentats. les milices armées une fois pour toutes.

Partager

A Propos de l'Auteur

A. Lakhs

Docteur en Relations Internationales

Leave A Reply