Les explosifs causent 72% des décès et des blessures chez les enfants dans les zones de guerre

0

Au moins 72% des morts et des blessés d’enfants victimes dans les zones de guerre, principalement le Nigeria, l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie et le Yémen, sont causés par différents engins explosifs, selon une enquête de Save the Children.

La constitution et la faiblesse du corps des enfants les désavantagent par rapport aux adultes victimes des mêmes guerres, car le manque de développement de leurs muscles leur offre moins de protection et la fragilité de leur crâne et de leur corps rend plus probable qu’une explosion peut endommager le cerveau et les poumons, déchirer les organes de l’abdomen ou même subir des lésions non visibles.

« Et lorsque les enfants souffrent de blessures graves aux jambes et aux bras, une connaissance très spécialisée est nécessaire pour savoir où amputer pour prendre en compte la croissance future. » Sans cela, les enfants ont des handicaps plus graves et souvent une douleur insurmontable pour la vie « , indique dans le rapport l’ex-directeur général du Service de santé militaire britannique, Michael von Bertele.

Les dommages physiques causés par les explosifs aux enfants sont associés à un coût psychologique très élevé, auquel le contexte n’accorde souvent pas l’attention nécessaire.

Selon l’organisation, 84% des adultes et presque tous les enfants disent que les explosions de mines antipersonnel, les attentats-suicides et les attentats à la bombe sont la première cause de stress psychologique dans la vie quotidienne des enfants vivant dans des zones de guerre.

Von Bertele reconnaît que « la triste réalité » est que la plupart des médecins « n’ont tout simplement pas été formés pour traiter les enfants blessés par une explosion » et que presque tous les manuels et procédures sont basés sur des recherches sur les soldats blessés.

L’organisation Save the Children lance sa campagne « Non à la guerre contre l’enfance » à La Haye jeudi avec la publication de ce rapport sur les dommages subis par les enfants dans les zones de conflit les plus meurtrières au monde et met en garde contre le manque de médecins sur le terrain pour traiter ces enfants.

Partager

A Propos de l'Auteur

Leave A Reply