L’ex-rébellion touareg du nord du Mali et les groupes armés pro-gouvernementaux rivaux ont scellé ce jeudi, un accord de paix à l’issue de plusieurs jours de pourparlers, selon des responsables des deux camps.

Les discussions entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) et la Plateforme (coalition de groupes pro-gouvernementaux) se sont déroulées durant près de trois semaines à Anéfis, à plus de 100 km au sud-ouest de Kidal.

« Nous avons organisé des négociations directes entre nous. Nous avons terminé ce (jeudi) soir la rencontre, tout le monde a fait la paix, à commencer par nous, à la Plateforme, et la CMA », a déclaré Ahmoudène Ag Iknass, député de Kidal et partisan de la Plateforme.

« La guerre est derrière nous. La Plateforme et la CMA ont fait la paix, mais les autres tribus ou groupes qui avaient des problèmes entre eux ont aussi fait la paix », a déclaré de son côté Boubacar Ould Hamadi, de la CMA.

En Août dernier, des groupes des deux camps s’étaient livrés des combats meurtriers pour le contrôle d’Anéfis, violant ainsi l’accord de paix au Mali qu’ils ont tous signé respectivement en mai par la Plateforme et en juin par la CMA.

Le 17 août, la Plateforme avait ainsi pris le contrôle de la ville, obligeant les autorités maliennes et les médiateurs et l’ONU à réclamer son retrait sans conditions. La plateforme a d’abord refusé de s’exécuter, avant d’évacuer ensuite la localité et c’est la CMA qui a repris sans combat, le contrôle de cette localité, le 18 septembre dernier.

« Nous avons opté pour la libre circulation des biens et des personnes. Il n’y a plus de fief de la CMA ou de la Plateforme » dans le nord du Mali, a expliqué Ahmoudène Ag Iknass.

« Les groupes armés ont signé un « pacte d’honneur » de cessez-le-feu et de paix. Ce sont les négociations directes qui ont donné ces résultats. C’est un grand jour pour le Mali », a déclaré Azaz Ag Louda, un élu de la région de Gao (au sud de Kidal) et membre de la Plateforme.

Share.

About Author

Leave A Reply