Le 27eme sommet France-Afrique qui s’est tenu le 13 et 14 janvier dernier à Bamako, s’est achevé sur une note positive, tant pour la France que pour ses partenaires africains qui veulent renforcer leur coopération avec l’hexagone.

Au terme de ce sommet, les chefs d’Etats africains ont décidé de consolider davantage leur coopération sécuritaire afin de mieux lutter contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière et les trafics en tous genres.

Cette réunion, à laquelle ont pris part une trentaine de chefs d’État,  a également été l’occasion de faire le point sur les différents conflits en Afrique. Les personnalités présentent lors du sommet de Bamako ont ainsi pu échanger sur les nombreuses  forces militaires étrangères présentes en Afrique.

Que ce soit au Sahel avec l’opération française Barkhane, en Somalie avec la mission de l’Union Africaine ou encore dans les pays d’Afrique centrale avec la présence des missions onusiennes, plusieurs régions du continent font face à une instabilité chronique. Ce conclave a donc permis de faire le point sur les principaux conflits et de pouvoir faire émerger une volonté commune entre les pays africains.

Plusieurs décisions ont ainsi été prises. Le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont par exemple décidé de créer des patrouilles militaires mixtes à la jonction entre leurs trois pays. Ces patrouilles serviront notamment à sécuriser les régions désertiques qui font face à une recrudescence des attaques terroristes.

L’autre sujet d’actualité qui a eu toute son importance lors de ce sommet, est  la situation en Gambie. Le sommet de Bamako a été marqué par la présence du président élu Adama Barrow. Un signe qui a permis de lever le voile sur la volonté unanime des pays africains à voir Adama Barrow prendre les rênes du pouvoir en remplacement du président sortant Yahya Jammeh.

 

Partager

A Propos de l'Auteur

Leave A Reply