RDC: au moins 6 tués dans une attaque attribuée aux ADF

0

Au moins six  personnes ont été tuées ce vendredi, dont cinq civils et un militaire, dans une attaque attribuée aux miliciens des Forces démocratiques alliées (ADF).

L’attaque attribuée aux ADF s’est déroulée dans  la province du Nord-Kivu, dans le territoire de Beni, sur la route entre Mbau et Kamanaga, vers la frontière avec l’Ouganda.

« Des civils ont été surpris dans les champs par les ADF, qui ont exécuté cinq civils à la machette et en ont emporté deux autres avec eux. L’armée est arrivée pour intervenir et les combats ont aussitôt éclaté. Pour l’instant on ignore le sort des deux civils emportés », a déclaré l’administrateur du territoire (responsable politico-administratif) de Beni, Donat Kibwana.

« Un militaire est tué et un autre est blessé. La fouille se poursuit dans la zone », a ajouté le porte-parole de l’armée dans la région, Mak Hazukay.

Des médias congolais évoquent un bilan plus lourd de neuf civils et d’un militaire tués.

Les ADF sont historiquement des rebelles musulmans ougandais installés depuis les années 90 dans l’est de la RDC.

Ils sont accusés du massacre de plusieurs centaines de personnes depuis octobre 2014 dans l’est de la République démocratique du Congo.

En outre, des milliers de civils fuient des combats entre l’armée congolaise et des milices dans la province du Sud-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, selon des sources locales.

Ces déplacés se trouvent dans le territoire de Fizi, dans la commune rurale de Minembwe, sans aucune assistance ni vivres. Ils fuient les combats. Leurs maisons ont été pillées et incendiées.

Il y a des conflits tribaux. Chaque tribu à son groupe armé. On dirait que cela a été un combat sauvage, a souligné un élu local.

La force de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) a indiqué cette semaine avoir repoussé des attaques sur Minembwe.

Trois miliciens ont été tués dans des combats avec l’armée à Minembwe, rapporte vendredi matin la radio onusienne Okapi.

Des dizaines de groupes armés sont actifs dans les deux provinces du Nord et du Sud-Kivu.

Le territoire de Fizi est le fief d’un ex-officier de l’armée congolaise, William Amuri Yakutumba, qui avait déserté l’armée régulière pour défier l’ancien président Joseph Kabila.

Fizi est aussi l’endroit d’où est partie la rébellion de Laurent-Désiré Kabila, son père, qui a pris le pouvoir en renversant le maréchal Mobutu Sese Seko le 17 mai 1997 à Kinshasa.

Partager

A Propos de l'Auteur

A. Lakhs

Docteur en Relations Internationales

Leave A Reply