UE : aide humanitaire de 210 millions € pour le Sahel et l’Afrique centrale

L’Union européenne (UE) va octroyer une aide humanitaire de 210 millions d’euros pour 2021 en faveur des populations vulnérables dans les pays du Sahel et de l’Afrique centrale.

Selon un communiqué de la Commission européenne, les fonds seront affectés à des projets humanitaires dans huit pays : le Burkina Faso (24,3 millions d’euros), le Cameroun (17,5 millions d’euros), la République centrafricaine (21,5 millions d’euros), le Tchad (35,5 millions d’euros) le Mali (31,9 millions d’euros), la Mauritanie (10 millions d’euros), le Niger (32,3 millions d’euros) et le Nigeria (37 millions d’euros).

“L’aggravation de l’instabilité et des conflits armés, conjuguée à la pandémie de Covid-19 et aux risques naturels, a des conséquences dévastatrices au Sahel et dans les pays d’Afrique centrale. L’UE reste déterminée à contribuer à réduire les souffrances des populations de la région qui sont dans le besoin”, a indiqué le commissaire européen à la gestion des crises, Janez Lenarčič, cité dans le communiqué.

“L’aide humanitaire permet certes de fournir des secours d’urgence, mais seules la volonté politique des gouvernements nationaux et la bonne gouvernance peuvent apporter des améliorations durables”, a-t-il ajouté.

L’aide humanitaire de l’UE en faveur des pays du Sahel et d’Afrique centrale, précise-t-on, vise à fournir une aide vitale aux personnes touchées par les conflits et aux communautés accueillant les personnes qui ont été contraintes de fuir, ainsi qu’à soutenir les mesures de lutte contre les crises alimentaires et la malnutrition aiguë sévère chez les enfants de moins de 5 ans.

Il s’agit également d’améliorer la réponse immédiate en matière de services de base aux populations les plus vulnérables, particulièrement en ce qui concerne les soins de santé pour tous et l’éducation des enfants victimes de crises humanitaires.

A travers cette aide humanitaire, l’UE veut de même renforcer la préparation des communautés fragiles aux crises telles que les déplacements massifs de populations et les crises alimentaires ou climatiques récurrentes.