Plusieurs dizaines de migrants clandestins ont été emmenés de force dans le sud algérien avant d’être expulsés sans eau ni nourriture par les forces de l’ordre algériennes, une initiative qui passe mal au niveau humanitaire puisque ces expulsions se font en plein désert.

Dans un nouvel élan raciste, les autorités algériennes ont débuté cette semaine une vague d’expulsion de migrants subsahariens. Les forces de l’ordre ont en effet mené plusieurs arrestations, en vue de renvoyer hors d’Algérie les migrants d’origine subsahariennes. Ces captures se font sans distinction entre les migrants illégaux et ceux ayant une situation régulière.

Ces initiatives s’articulent autour de deux axes majeurs. Dans un premier temps, les forces de l’ordre algériennes mènent des razzias dans plusieurs villes du nord du pays afin de capturer les migrants subsahariens. Après les avoir regroupés, ces derniers sont ensuite acheminés vers le sud du pays avant d’être relâché en plein désert.

Le gouvernement algérien s’assure par ailleurs que les migrants expulsés ne vont pas tenter de revenir dans les régions du nord du pays. A cet effet, une directive ministérielle a été communiquée aux compagnies de transport pour ne pas prendre à bord les migrants subsahariens.

La communauté internationale s’inquiète de plus en plus de la voie empruntée par Alger concernant la lutte contre l’immigration illégale.

Partager

A Propos de l'Auteur

Leave A Reply