Khalifa Sall, l’actuel maire de Dakar a été arrêté et inculpé mardi dans le cadre d’une enquête sur de supposés détournements de fonds publics auxquels il aurait participé, une affaire qui risque de faire grand bruit dans le milieu politique sénégalais, d’autant que le maire de la capitale pourrait se porter candidat à la présidentielle de 2019 au Sénégal.

Soupçonné de détournements de deniers publics et d’escroquerie portant sur des fonds étatiques, M. Khalifa Sall a été inculpé mardi soir suite à une longue audition devant un juge d’instruction du tribunal de Dakar.

Dissident de la majorité au pouvoir et probable candidat à la présidentielle de 2019, M. Khalifa Sall a été pendant longtemps perçu comme une étoile montante au vu de son parcours politique sans faute. Néanmoins, après l’éclatement de cette affaire, plusieurs observateurs émettent des doutes sur la suite de sa carrière politique.

D’après ses avocats, cette inculpation a une connotation politique et vise principalement à l’écarter des élections. Après avoir présenté à Dakar une liste dissidente victorieuse aux élections locales de 2014, Khalifa Sall s’est davantage focalisé contre la coalition présidentielle. Il a appelé à voter « non » au Referendum pour la révision constitutionnelle proposée par le président Macky Sall en mars 2016.

Récemment, il a annoncé une liste distincte de celle de la majorité aux législatives prévues le 30 juillet prochain. C’est d’ailleurs cette initiative qui lui a valu selon ses proches d’être visé par cette inculpation. Pour le collectif de ses avocats, son incarcération vise à le freiner « dans ses ambitions politiques en l’empêchant de se présenter à temps » pour les prochains scrutins.

 

 

 

Partager

A Propos de l'Auteur

Leave A Reply