HRW: Plus de 500 civils tués par les jihadistes au Sahel depuis le début de 2021

Au moins 500 civils ont été tués dans la région du Sahel en Afrique depuis le début de l’année, dans des attaques menées par des groupes jihadistes, a rapporté mercredi Human Rights Watch (HRW).

La violence s’est aggravée dans la région poreuse des trois frontières du Burkina Faso, du Mali et du Niger”, a déclaré la directrice de l’organisation des droits humains pour l’Afrique de l’Ouest, Corinne Dufka, dans un communiqué.

« Des villageois ont été tués alors qu’ils s’occupaient de leur bétail, participaient à des cérémonies religieuses, buvaient du thé et dormaient à la maison », a déclaré Dufka.

Le communiqué a été publié après l’attentat le plus meurtrier de l’histoire récente du Burkina Faso, qui s’est produit aux premières heures de samedi dans la ville de Solhan, dans la région du nord du Sahel, qui a fait au moins 160 morts.

Les groupes djihadistes « doivent cesser leurs attaques illégales ainsi que les forces de sécurité de la région, « qui ont commis de nombreux exactions contre des suspects en garde à vue et des communautés soupçonnées de soutenir les groupes islamistes ».

En outre, les forces de sécurité locales et les forces de sécurité internationales déployées dans la région dans la lutte contre le terrorisme, « doivent faire plus pour protéger les communautés vulnérables au Sahel ».